Combating Marine Litter and Microplastics /
Combattre les déchets marins et microplastiques

14 Feburary 2019
14:30-16:00
Palais des Nations, Room XXIV

 

Marine plastic litter and microplastics is a serious and rapidly growing issue of global concern which requires an urgent and global response, involving all relevant actors at all levels.

The Ad Hoc Open-Ended Expert Group on Marine Litter and Microplastics, met in Nairobi from 29 to 31 May and in Geneva from 3 to 7 December 2018, in accordance with resolution UNEP/EA.3/Res.7, on marine litter and microplastics, adopted by the United Nations Environment Assembly at its third session, in December 2017. The options discussed at these meetings will be presented to the UN Environment Assembly at its fourth Session in March 2019.

Experts called for the need for stronger global action to combat marine litter. A number of initiatives and activities exist aiming at eliminating plastic litter entering the ocean and their potential should be explored within their respective mandates. Meanwhile, there was a growing recognition for a new governance model to be explored. Some delegations pointed to a new legally binding agreement as one possible effective response to be considered.

Strengthening waste management systems has been underlined by UNEA as key in solving this issue. Norway has put forward a proposal for a draft resolution on stronger global governance. Other countries have also put forward resolutions.

Regardless of the outcomes of the upcoming Assembly, the Expert Group acknowledged the need to continue progress on urgent national and regional activities in the near term to curb plastic litter entering into the ocean recognizing the options and priorities outlined by the second and third sessions of the UN Environment Assemblies.

A  dialogue on governance options to be considered at the 4th session of the UN Environment Assembly, toop place at the Palais des Nations, Room XXIV, on Thursday 14 February, 2.30pm.

 

 

 

 

Agenda

Welcome and Introduction

H.E. Amb. Hans BRATTSKAR, Permanent Representative of Norway to the United Nations Office and other international organizations in Geneva

Edwige Koumby MISSAMBO, Chargé d'affaires a.i., Permanent Mission of the Gabonese Republic to the United Nations Office at Geneva and other international organizations in Switzerland

François GAVE , Deputy Permanent Representative of France to the United Nations Office and other international organizations in Switzerland

Video: Preventing Our Oceans from Becoming Dumps

Towards a new global governance model

Christine HAFFNER-SIFAKIS, Strategic Policy & Programme Officer, UN Environment
Kei OHNO-WOODWALL, Programme Officer, Basel, Rotterdam and Stockholm Conventions
Inger ANDERSEN, Director General, IUCN
Brendan EDGERTON, Director, Circular Economy, WBCSD
Moustapha Kamal GUEYE, Coordinator, Green Jobs Programme, International Labour Organization

(moderation Diana RIZZOLIO, Geneva Environment Network Coordinator, UN Environment)

Video: #CleanSeas Break-Up PSA: "It's not me, it's you."

Video of the event

The event was live on facebook: part 1, part 2.

Summary

Coming soon

In recent years, the United Nations Environment Programme and the international community have been emphasizing their efforts to address the problem of plastics in our environment.

A Global Partnership on Marine Litter was launched at the Rio+20 Conference in 2012, and various resolutions have been adopted at the first, second and third United Nations Environment Assemblies, on the challenges posed by marine plastic debris and microplastics, asking to address such materials at source. Governments, businesses and civil society organizations have been encouraged to make bold commitments to beat plastic pollution.

Recently in Geneva,

  • In September 2018, a first high level event on marine plastic litter and microplastics took place during the 11th meeting of the Basel Convention’s Open-ended Working Group.
  • In preparation of the Ad Hoc Open-Ended Expert Group on Marine Litter and Microplastics in Geneva, a debate co-organized by the Permament Missions of Norway and New Zealand was also held at the Palais, in November last year.
  • The Ad Hoc Open-Ended Expert Group on Marine Litter and Microplastics met in Geneva in December 2018, and various side events took place, discussing options to be presented to the UN Environment Assembly at its fourth Session in March 2019.

 

H.E. Amb. Hans BRATTSKAR in his welcoming remarks highlighted:

  • Plastic litter travelling by ocean currents knows no borders, and is now found in the most remote places on the planet.
  • It is a truly global problem that calls for stronger international cooperation.
  • The world`s environmental ministers have met three times at the UN Environment Assembly since 2014. Each time they have agreed to comprehensive resolutions on marine litter and microplastics.
  • These resolutions have established a good basis for future work.
  • The resolutions demonstrate broad international consensus on the nature of the problem, and our collective ambition.
  • At UNEA-3 in 2017, the world agreed that the long-term goal must be to stop plastic waste from entering the oceans.
  • There is a broad agreement on the need for immediate action.
  • There is also a growing understanding for the need for stronger governance structures at the global level.
  • The resolutions further point to the need to exploit the potentials of relevant existing international agreements within their mandates, and the importance of cooperation between governments and other key stakeholders such as industry, NGOs, consumers and experts.
  • The UNEA-resolutions underline that preventive measures targeting land-based sources of microplastic pollution and plastic litter are most important for lasting improvement.
  • Among preventive measures, waste management is key.
  • At the fourth UN Environment Assembly in March, we need to take this agenda a significant step further.
  • That is why Norway has put forward a proposal on a resolution on marine litter and microplastics.
  • The proposal focuses on international governance.
  • It contains two main elements: 
    • First, a proposal to start work under the auspices of UN Environment, on important "building blocks" for a stronger governance response. Proposing:
      • Improved scientific data collection and development of methodologies,
      • stronger technical and other support by UN Environment to enable governments to improve on their national policies and measures, and
      • the development of a mechanism that enables the international community to take stock of the sum of actions taken and to decide on further action.
    • The other main element of the Norway proposal is to establish a working group with the aim to prepare recommendations for a new dedicated global structure to combat marine litter, for consideration by UNEA-5 in 2021.
  • Norway proposes that the work plan for the group should include considerations on a legally binding treaty,
  • The main purpose of a stronger governance framework would be to support governments in their efforts to strengthen their national policies and measures to reduce land-based sources to releases of marine plastic litter and microplastics, and to conduct effective clean-up operations as needed.
  • A dedicated framework should mobilise and prioritise financial resources and capacity building.
  • A new framework must also clarify the division of roles and responsibilities between a new structure and existing instruments and organisations. This will be an important issue for the working group.
  • Norway is of the opinion that UN Environment must continue to take the lead in organising the international work towards a stronger governance structure in this area.
  • There is a proliferation of initiatives, actors and platforms emerging to combat marine litter. This is in itself good news. However, it also demonstrates a dire need for closer coordination.
  • UN Environment is mandated to "keep under review the world environmental situation in order to ensure that emerging environmental problems with international significance receive appropriate and adequate consideration by Governments".
  • Further, UN Environment has universal membership and is therefore uniquely suited to be responsible for the further development of an international governance structure to combat marine litter.
  • Norway welcomes the support of member states and other stakeholders for their draft resolution

 

Christine introduced the outcomes of the recent negotiations and what is put in place to enhance the existing instruments for managing waste and its control and what should be discussed and decided at the next UN Environment Assembly. (Christine HAFFNER-SIFAKIS Presentation)

  • There is a complex international legal framework.
  • Efforts such as the development of synergies could be further encouraged (i.e. regional seas conventions, Basel, Rotterdam and Stockholm Conventions, SAICM).
  • There is a need for enhanced coordination and governance, in addition to strengthening, improving and building on existing partnerships, instruments and mechanisms.
  • Partnerships between producers and the private sector also need to be developed.
  • To overcome the lack of data, we have to cooperate with academia and use scientific information for policies.
  • Circular economy, policy, prevention and regulations are dimensions that need to be looked at.
  • Land-based actions, through solid waste management for example, should not be neglected as the issue starts on land before reaching the seas.

 

Documents

 

Links

 

Les déchets plastiques et microplastiques en milieu marin représentent un défi mondial grandissant, qui nécessite une réponse urgente et mondiale à laquelle doivent participer tous les acteurs concernés, à tous les niveaux.

Le Groupe spécial d'experts à composition non limitée sur les déchets marins et les microplastiques s'est réuni à Nairobi du 29 au 31 mai et à Genève du 3 au 7 décembre 2018, conformément à la résolution UNEP/ EA.3/ Res.7 sur les déchets marins et microplastiques, adoptée par l'Assemblée des Nations unies pour l'environnement à sa troisième session, en décembre 2017. Les options évoquées lors de ces réunions seront présentées à l'Assemblée de l'ONU pour l'environnement à sa quatrième session en mars 2019.

Les experts ont souligné la nécessité d'une action mondiale renforcée pour combattre les déchets marins. Un certain nombre d'initiatives et d'activités visant à éliminer les déchets plastiques dans l'océan doivent être discutées. En parallèle, on assiste à une reconnaissance du besoin d’un nouveau modèle de gouvernance. Certaines délégations ont indiqué qu'un nouvel accord juridiquement contraignant serait l’une des réponses envisageables.

Le renforcement des systèmes de gestion des déchets a été souligné par l’Assemblée de l’ONU pour l’environnement comme un élément central pour résoudre ce problème. La Norvège a présenté une proposition de projet de résolution sur le renforcement de la gouvernance mondiale. D'autres pays ont également présenté des résolutions.

Quels que soient les résultats de la prochaine Assemblée, le Groupe d’experts a reconnu le besoin de poursuivre les activités les plus urgentes et nécessaires au niveau national et régional à court terme afin de limiter les déchets plastiques dans l’océan, en tenant compte des options et des priorités définies lors des 2ème et 3ème sessions de la conférence de l’ONU pour l'environnement.

Un dialogue sur les options de gouvernance qui seront discutées lors de la 4e session de l'Assemblée des Nations Unies pour l'environnement s'est tenu au Palais des Nations, salle XXIV, le jeudi 14 février à 14h30.


Programme

Mots de bienvenue et introduction

S.E. Amb.Hans BRATTSKAR, Représentant permanent de la Norvège auprès de l'Office des Nations Unies et des autres organisations internationales à Genève

Edwige Koumby MISSAMBO, Chargé d'affaires par intérim, Mission permanente du Gabon auprès de l'Office des Nations Unies et d'autres organisations internationales en Suisse

François GAVE, Représentant permanent adjoint de la France auprès de l'Office des Nations Unies et des autres organisations internationales en Suisse

Vidéo: Preventing Our Oceans from Becoming Dumps

Vers un nouveau modèle de gouvernance mondiale

Christine HAFFNER-SIFAKIS, Responsable des politiques stratégiques et des programmes, ONU Environnement
Kei OHNO-WOODWALL, Programme Officer, Conventions de Bâle, de Rotterdam et de Stockholm
Inger ANDERSEN, Directrice générale, UICN
Brendan EDGERTON, Directeur, économie circulaire, WBCSD
Moustapha Kamal GUEYE, Coordonnateur du programme Emplois verts, Organisation internationale du travail

(modération Diana RIZZOLIO, Coordinatrice Réseau environnement de Genève, ONU Environnement)

Video: #CleanSeas Break-Up PSA: "It's not me, it's you."

VidÉos de l'ÉvÉnement

L'événement était en direct sur facebook: part 1, part 2.

Résumé

Bientôt disponible

Le Programme des Nations Unies et la communauté internationale ont déployé des efforts pour répondre à la problématique du plastique dans l’environnement.

Un Partenariat mondial sur les déchets marins (GPML) a été lancé en 2012 lors de la Conférence Rio+20, de nombreuses résolutions sur les défis que posent les débris plastiques et les microplastiques ont été adoptées aux première, seconde et troisième édition de l’Assemblée des Nations Unies pour l’environnement (Assemblée ONU Environment). Les gouvernements, les entreprises et les organisations de la société civiles ont été encouragés à prendre des engagements ambitieux pour lutter contre la pollution plastique.

Récemment eu lieu à Genève :

  • En Septembre 2018, un premier évènement de haut niveau sur les déchets plastiques et les microplastiques a eu lieu durant la 11ème réunion du groupe de travail de la Convention de Bâle.
  • Un débat, coorganisé par les Missions Permanentes de Norvège et de Nouvelle-Zélande, a eu lieu au Palais en Novembre dernier en préparation de la réunion du groupe d’experts intergouvernementaux sur les déchets maritimes et les microplastiques.
  • Le groupe d’experts intergouvernementaux sur les déchets maritimes et les microplastiques s’est rencontré à Genève en Décembre 2018, et de nombreux évènements parallèles discutant des options qui seront présentées à la quatrième édition de l’Assemblée ONU Environnement ont eu lieu.

S.E.  Amb. Hans BRATTSKAR souligne dans son allocution de bienvenue :

  • Les déchets plastiques voyageant avec les courants océaniques ne connaissent pas de frontières et son retrouvés dans les endroits les plus reculés de la planète.
  • Il s’agit d’un véritable problème mondial qui nécessite une coopération internationale renforcée.
  • Depuis 2014, les ministres de l’environnement de la planète se sont rencontrés trois fois à l’Assemblée ONU Environnement. Ils se sont chaque fois mis d’accord sur des résolutions globales traitant des déchets marins et des microplastiques.
  • Ces résolutions ont mis en place de bonnes bases pour les travaux à venir.
  • Les résolutions ont démontré un large consensus international sur la nature du problème, ainsi que notre ambition collective.
  • À l’Assemblée ONU Environnement de 2017, les pays du monde se sont mis d’accord sur le fait que l’objectif à long terme doit être d’empêcher les déchets plastiques de finir dans les océans.
  • Il existe un consensus général sur la nécessité d’entreprendre des actions le plus rapidement possible.
  • Il existe également une compréhension accrue du besoin d’avoir des structures gouvernementales renforcées au niveau global.
  • Les résolutions indiquent également la nécessité d’explorer le potentiel d’accords internationaux existants, ainsi que l’importance de la coopération entre gouvernements et autres parties prenantes clés tels que les industries, les ONGs, les consommateurs et les experts.
  • Les résolutions de l’Assemblée ONU Environnement soulignent que les mesures préventives ciblant les sources terrestres de pollution microplastiques et déchets plastiques sont les plus importantes pour une amélioration durable.
  • Parmi les mesures préventives, la gestion des déchets est importante.
  • Nous devons faire progresser l’agenda davantage à la quatrième Assemblée ONU Environnement qui aura lieu en mars.
  • C’est la raison pour laquelle la Norvège a soumis une proposition de résolution sur les déchets marins et les microplastiques.
  • Cette proposition se concentre sur la gouvernance internationale.
  • Celle-ci comporte deux éléments principaux:
    • En premier lieu, une proposition de débuter le travail sous l’égide de ONU Environnement, sur les importants éléments constitutifs pour une réponse renforcée en matière de gouvernance. Ce qui est proposé:
      • Une meilleure collecte de données scientifiques et le développement de méthodologies.
      • Un support technique, entre autres, renforcé de la part de ONU Environnement pour permettre aux gouvernements d’améliorer les politiques et mesures nationales, et
      • Le développement d’un mécanisme permettant à la communauté internationale de faire l’inventaire des actions prises et de décider sur des mesures supplémentaires.
    • L’autre élément principal de la proposition de la Norvège est la mise en place d’un groupe de travail dont l’objectif est de préparer des recommandations pour une nouvelle structure globale dédiée à la lutte contre les déchets marins, à considérer d’ici la 5e édition de l’Assemblée des Nations Unies pour l'environnement en 2021.
  • La Norvège suggère que le plan de travail du groupe devrait inclure des considérations sur un traité juridiquement contraignant,
  • Le but principal d’un cadre de gouvernance plus solide serait de soutenir les gouvernements dans leurs efforts de renforcement des politiques nationales et des mesures de réduction des sources terrestres de déchets plastiques marins et microplastiques, ainsi que de mener des opérations de nettoyage efficaces selon les besoins.
  • Un cadre dédié devrait mobiliser et prioriser des ressources financières et le renforcement des capacités.
  • Un nouveau cadre devrait également clarifier la division des rôles et des responsabilités entre une nouvelle structure et les instruments et organisations actuels. Ceci sera une question importante pour le groupe de travail.
  • La Norvège pense que ONU Environnement doit continuer à prendre l’initiative en organisant le travail international vers une structure renforcée de gouvernance dans ce domaine.
  • Il y a une multiplication d’initiatives, d’acteurs et de plateformes luttant contre les déchets marins, ce qui est une bonne nouvelle en soi. Toutefois, cela démontre également un besoin urgent de collaboration plus étroite.
  • ONU Environnement est tenu d’"examiner la situation environnementale mondiale afin que les questions environnementales d’importance internationale reçoivent une considération appropriée et adéquate de la part des gouvernements." 
  • De plus, l’Assemblée des Nations Unies pour l'environnement à caractère universel est indiquée pour être responsable du développement d’une structure de gouvernance internationale pour lutter contre les déchets marins.
  • La Norvège salue l’appui des états membres et des autres parties prenantes pour leur projet de résolution.

Christine a présenté les résultats des récentes négociations ainsi que ce qui pourrait être mis en place pour améliorer les instruments actuels de contrôle et de gestions des déchets. Christine a également parlé ce qui devrait être discuté et décidé à la prochaine Assemblée ONU Environnement. (Présentation de Christine).

  • Il existe un cadre juridique international complexe.
  • Des efforts, tels que le développement de synergies, devraient être encourager davantage (ex : conventions maritimes régionales, Conventions de Bâle, Rotterdam et Stockholm, SAICM).
  • Il y a un besoin d’élargir la coordination et la gouvernance, en plus de renforcer, d’améliorer et de s’appuyer sur les partenariats, instruments et mécanismes qui existent déjà.
  • Des partenariats entre les producteurs et le secteur privé doivent être développés.
  • Pour pallier le manque de données, nous nous devons de coopérer avec le milieu académique et d’utiliser les informations scientifiques dans les lois.
  • L’économie circulaire, les politiques, la prévention et les législations sont des dimensions qui doivent être observées.
  • Les actions terrestres, à travers la gestion des déchets par exemple, ne devraient pas être négligées, car le problème commence sur terre avant d’atteindre les océans.

 

Documents

 

Liens